Mr Mercedes – Stephen King

couv56817522

Synopsis :

Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

Mon avis :

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de Stephen King et je ne l’avais encore jamais lu dans le registre policier/thriller. J’ai trouvé l’histoire vraiment abominable et malsaine et on se rend compte si on ne le savait pas déjà que Stephen King est vraiment un auteur démoniaque ! Le contexte est résolument moderne, ce qui est appréciable. Comme toujours il y a une galerie de portraits qui ne nous épargne rien, du détraqué pervers au flic dépressif en passant sans vouloir spoiler l’histoire, par la nana hyper-anxieuse qu’on croit complètement cinglée et qui va jouer un rôle majeur dans le déroulement de l’histoire.

King est champion pour profiler des personnages pour lesquels on a soit une aversion profonde soit une sympathie inattendue.

Côté intrigue :

J’ai souvent deviné à l’avance ce qui allait se passait, ce qui m’a un poil gâché mon plaisir car j’aime bien être menée en bateau. Il y a quand même du suspense dans ce jeu du chat et de la souris.
Pour mon premier polar de King lu, j’ai trouvé que l’auteur était encore plus effroyable dans ce registre que dans ses livres estampillés « Horreur ». Il n’épargne rien ni à ses personnages ni au lecteur. C’est vraiment le roi du Thiller !

En résumé, un bon polar, qui est le premier volet d’une trilogie, dont je lirai avec plaisir les 2 autres tomes.

Ma note : 16/20.

 

Les filles de l’Ouragan – Joyce Maynard

55176453_10694060

Le mot de l’éditeur :

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu’elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l’ouragan suit les itinéraires personnels de deux ‘soeurs de naissance ‘, des années 1950 à aujourd’ hui. Avec la virtuosité qu’on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s’entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte – les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d’un foyer et celle d’un être aimé – et jusqu’au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

Mon avis :

OUF ! Presque tout est dit dans le résumé, mais je n’avais fait que le survoler distraitement. C’est donc presque vierge de toute information que je me suis attaquée à cette lecture. Je savais seulement que ça se déroulait aux Etats-Unis, des années 50 à nos jours. On suit le parcours croisé de 2 soeurs d’anniversaire, c’est à dire qu’elles sont nées le même jour mais dans 2 familles différentes. On les voit évoluer de leur plus tendre enfance, jusqu’à un âge avancé.

La petite histoire, est parfois rejointe par la grande Histoire, celle des Etats-Unis et les évènements qui les ont construits.

Ce livre évoque la condition de la Femme et des mœurs au fil du temps qui passe, avec des injustices, de l’intolérance et des préjugés. Les quelques passages qui m’ont ennuyée sont ceux qui parlent d’agriculture. En effet, je n’ai aucune connaissance dans ce domaine et le milieu agricole ne m’intéresse absolument pas. Mais le livre parle aussi d’art, de musique, d’amour, de passion et de la découverte du sexe.

Il nous confronte aussi à la maladie et à la perte d’un être aimé.

Mais là où se cache la véritable force de l’auteure, c’est dans la découverte sous-jacente du terrible secret de famille qui va bouleverser la vie de nos 2 héroïnes. Quand j’ai eu un soupçon, j’en étais déjà à peu près à 60% de ma lecture, tournant les pages sans plus pouvoir m’arrêter jusqu’au dénouement final. Et croyez-moi, le roman me réservait encore de belles surprises.

Cette histoire est bouleversante, très bien écrite et me donne envie de lire les autres œuvres de l’Auteure.

Ma note : 17/20