Cinéma : Les animaux fantastiques – J.K. Rowling.

Synopsis : (Allociné)

Les aventures de Norbert Dragonneau, l’auteur du livre Les Animaux Fantastiques qu’étudiait Harry Potter.

New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable.
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s’agit d’une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l’ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d’enquêtrice. Et la situation s’aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina.
Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu’il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s’apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.

Mon avis :

Lors de sa sortie au cinéma, j’avais eu très envie de voir ce film et puis au final cela ne s’est pas fait. C’est pourquoi cette après-midi, souhaitant m’offrir une séance VOD, je n’ai pas hésité une seule seconde en le voyant dans la liste.

Ce film dure 2h07 qu’on ne voit pas passer. Evidemment, tout comme dans l’univers d’Harry Potter, la magie est présente et opère sur le spectateur, avec de très bons acteurs, de magnifiques créatures surnaturelles tout droit sorties de l’imaginaire de J.K. Rowling et de magnifiques effets spéciaux. Ce qui réunit tous les ingrédients pour satisfaire petits et grands enfants que nous sommes.  J’aurais juste un petit bémol, je trouve que le charme manque un peu et que l’émotion n’est pas suffisamment au rendez-vous, mais ce n’est là que mon ressenti personnel et au final j’ai passé un très très bon moment de cinéma et de féérie. On peut dire que l’enchantement a réussi.

Ma note : 4/5

IMM #28/05/17

113391571

Rendez-vous repris chaque Dimanche par le blog Lire ou mourir.

Une seule réception livresque cette semaine et pas des moindres, puisqu’il s’agit de Vernon Subutex 3, de Virginie Despentes.

51kJdNkp1JL

 

Mr Mercedes – Stephen King

couv56817522

Synopsis :

Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

Mon avis :

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de Stephen King et je ne l’avais encore jamais lu dans le registre policier/thriller. J’ai trouvé l’histoire vraiment abominable et malsaine et on se rend compte si on ne le savait pas déjà que Stephen King est vraiment un auteur démoniaque ! Le contexte est résolument moderne, ce qui est appréciable. Comme toujours il y a une galerie de portraits qui ne nous épargne rien, du détraqué pervers au flic dépressif en passant sans vouloir spoiler l’histoire, par la nana hyper-anxieuse qu’on croit complètement cinglée et qui va jouer un rôle majeur dans le déroulement de l’histoire.

King est champion pour profiler des personnages pour lesquels on a soit une aversion profonde soit une sympathie inattendue.

Côté intrigue :

J’ai souvent deviné à l’avance ce qui allait se passait, ce qui m’a un poil gâché mon plaisir car j’aime bien être menée en bateau. Il y a quand même du suspense dans ce jeu du chat et de la souris.
Pour mon premier polar de King lu, j’ai trouvé que l’auteur était encore plus effroyable dans ce registre que dans ses livres estampillés « Horreur ». Il n’épargne rien ni à ses personnages ni au lecteur. C’est vraiment le roi du Thiller !

En résumé, un bon polar, qui est le premier volet d’une trilogie, dont je lirai avec plaisir les 2 autres tomes.

Ma note : 16/20.

 

IMM #14/05/17

113391571

Rendez-vous répertorié chaque Dimanche par Lire ou mourir.

Voici mes réceptions livresques de la semaine

croire-au-merveilleux-898073-264-432

Love stories, tome 1 (manga)

Immortels, histoires d’amours mordantes (8 nouvelles)

Croire au merveilleux, Christophe Ono-Dit-Biot

Manderley for ever – Tatiana de Rosnay

65449511_13485344

Résumé (Booknode)

Qui d’autre que Tatiana de Rosnay, la talentueuse et célèbre écrivain, pour cette biographie passionnée de Daphné du Maurier? En parfaite admiratrice, elle relate la vie et les mystères qui entourent l’auteur de l’inoubliable Rebecca, et éclaire son oeuvre d’un jour nouveau. Un portrait tout en nuances de celle qui fut méprisée par la critique mais adulée du public.

Mon avis :

Moi qui avait perdu le goût de la lecture, j’ai passé un moment délicieux avec cette biographie. C’est écrit de manière romanesque, mais comme le précise Tatiana de Rosnay, tout y est vrai.

On y découvre une Daphnée du Maurier, drôle, pimpante, attachante avec un caractère bien trempé qu’elle attribue à ses origines françaises. On la suivra tout au long de sa vie.

Ses écrits, ses amours, ses humeurs. On ne s’ennuie jamais. La plume de Tatiana de Rosnay est très belle, parfois poétique. L’Histoire avec un grand H s’invite dans cette biographie, en fait un livre passionnant du début à la fin.

Avec en prime le code Du Maurier que j’ai trouvé très amusant.

J’ai lu ce livre après la lecture de L’Auberge de la Jamaïque, je vais maintenant m’attaquer à Rebecca.

Dans le cadre du Challenge Daphné du Maurier.

ob_cd09dc_daphne.png

 

Undisclosed Desires – Maud Cordier

519nWiu7CaL._SY346_

Résumé :

Suite à l’emménagement de son père avec sa nouvelle compagne, Vincent quitte Marseille pour Chalon sur Saône, une ville de Bourgogne. Il laisse derrière lui son meilleur ami, Samir, et Sophie, son premier amour. Mais cette ville et cette dernière année de lycée lui réservent bien des surprises. Vincent va faire la connaissance de Florian, un jeune homme de son âge avec qui il va nouer une réelle amitié. Lors d’une soirée, un jeu va flouer les limites de leur relation : Florian et Vincent vont devoir échanger un baiser. Vincent va embrasser un garçon… Et il va se rendre compte qu’il a aimé ça.

Mon avis :

Si le résumé fait penser à une chanson de Katy Perry mais version masculine, ce roman est bien plus profond que cela. C’est même le roman le plus abouti que l’Auteure ait publié jusqu’alors. Une réussite.

C’est la première fois que je lis une romance MM ( comprendre entre 2 hommes). Je pensais même ne jamais le faire, si ce n’avait été par sympathie pour l’Auteure. J’avais en effet apprécié Inalia et était curieuse de la découvrir dans un autre registre.

Grand bien m’en a fait puisque j’ai adoré ma lecture !

Les personnages sont attachants, on s’identifie assez facilement à eux. La trame rappelle un peu celle de D.I.M.I.L.Y. car on est dans une famille recomposée avec de jeunes gens. Toutefois, la comparaison s’arrête là. Mais niveau qualité, c’est aussi bon !

Le livre démontre bien que ce n’est pas l’Homosexualité qui pose problème mais les réactions négatives de certaines personnes.

On a ici affaire à une histoire d’amour, point barre. Le fait que cela se déroule entre 2 garçons ne m’a absolument pas empêché de vibrer avec eux et de m’identifier aux sentiments qu’ils pouvaient ressentir.

Je l’ai terminé en une après-midi, les pages se tournent toutes seules sans qu’on s’en rende compte, tant le suspense est à son comble. On veut connaître le fin mot de l’histoire et lorsqu’on y est enfin rendu, on est complètement dérouté et surpris.

L’Auteure fait preuve d’un sadisme tant à l’égard de ses personnages que de ses lecteurs, qu’on a qu’une hâte, lire le tome 2, qui n’est évidemment pas encore sorti !

J’ai l’impression que ma chronique ne rend pas justice au livre, alors je dirai simplement : si vous aimez les romances, les belles histoires d’amours passionnelles et torrides, mais si en même temps vous recherchez de la profondeur dans le scénario, et chez les personnages, jetez-vous à l’eau et lisez-le, vous ne serez pas déçu(e) !

Je l’ai fait et je ne suis pas loin du coup de coeur ! Et c’est en tout cas une belle révélation, et une Auteure à suivre de très près. Ne passez pas à côté !

In My Mailbox #22/04/17

in-my-mailbox-7

Rendez-vous repris chaque Dimanche par Lire ou mourir.

Voici mes acquisitions livresques de la semaine :

Amélie Nothomb – Ni d’Eve ni d’Adam

Mariette Darrigrand – J’te kiffe, je t’aime